Quand le Petit chaperon rouge devient un ninja

Le 26 octobre 2018, juste avant les vacances, la classe de S1FRD a traversé Bruxelles en tram pour se rendre au Théâtre de la Montagne magique où elle a assisté à la pièce « Échapperons-nous ? » qui réinterprète le conte du « Petit Chaperon rouge » en interrogeant la notion de destin. Voici le récit de Marina, Valentine et Anna.

Une fois toutes trois assises sur notre siège rouge, nous attendions impatiemment que la lumière s’éteigne. Quand la pièce a commencé, nous avons été aspirées par la magie du théâtre. C’était l’histoire d’un vieux chien, d’un corbeau (il s’agit d’animaux à la forme humaine) et du petit Chaperon rouge. Le chien était chargé de la surveillance d’une porte dont il ne connaissait pas l’utilité, le corbeau était tout simplement curieux et le chaperon… Vous découvrirez bientôt son histoire…

Un soir, pendant que le chien dormait à poings fermés et que son amie le corbeau jouait de la guitare, on entendit soudain des battements de cœur provenant de cette étrange porte. Le corbeau sursauta, mais, malgré sa curiosité, il ne fit rien car il avait juré de ne pas y toucher. Soudain, cette mystérieuse porte se déplaça avant de se volatiliser. On entra alors dans une autre dimension et on aperçut une petite fille vêtue de rouge.

La fillette marchait toujours tout droit sans dévier ni sur sa gauche ni sur sa droite comme sa mère le lui avait dit. De plus, elle comptait le nombre de pas qu’elle effectuait. Elle rencontra alors le vieux chien qui était en réalité un loup. Le loup lui fit croire qu’ils s’étaient déjà rencontrés et réussit à la convaincre de devenir ami et il lui demanda alors où elle allait. Elle lui dit qu’elle allait chez sa grand-mère et lui expliqua où sa maison se situait. Puis le loup lui dit: « En tant qu’ami je te conseille de prendre le chemin qui tournicote car chaque pas est une aventure », évidemment le Chaperon le crut et y alla… Le loup se pourléchait d’avance les babines. Tout joyeux, il se rendit chez la grand-mère et la mangea toute crue. Une fois arrivée le petit chaperon y passa aussi….

Cette histoire se répéta ainsi tous les jours.

Mais quand le loup se réveillait chaque matin de l’autre côté de la porte, il croyait qu’il avait fait un cauchemar. Un soir, quand le loup dormait et que la porte recommença à émettre des battements de cœur, le corbeau n’ayant rien promis se faufila de l’autre côté de la porte et assista à une des morts du chaperon. Il en resta bouche-bée…

Un matin, le chaperon exaspéré par cette histoire répétitive se rebella et décida de devenir un ninja. Ce matin-là, le corbeau sortit de sa cachette, ébloui par cette héroïne connue par tous sous le nom du « Petit chaperon rouge », il était décidé à l’aider. Alors, le Corbeau lui expliqua où aller pour passer de l’autre côté de la porte. Quand elle rencontra le loup, le chaperon-ninja décida de se battre contre lui et d’éviter de se faire embobiner afin que, cette fois, elle ne se fasse pas dévorer par cette abominable bête. Le loup essaya alors de l’embobiner en lui faisant prendre le chemin qui tournicote. Mais elle ne l’écouta pas. Ils se battirent mais ce fut tout de même le loup qui gagna. Chaperon réussit au moins à gagner quelques minutes de vie. Après un long et effroyable silence, l’animal allait la mordre à la gorge…

Mais survenu de nulle part, le corbeau assomma le loup.

Plus tard, revenu à la réalité, de l’autre côté de la porte, le loup et le corbeau étaient en pleine discussion. Le corbeau expliquait à son ami qu’elle avait dit au chaperon comment arriver à la porte. Il s’agissait de savoir si le loup laisserait passer le chaperon de l’autre côté de la porte. Finalement, le loup céda et alla se cacher dans sa hutte. Une fois que le chaperon avait passé la porte, nos animaux-humains étaient devenus de vulgaires animaux dépourvus de parole et de mouvements sur deux pattes. Le chaperon quant à lui nageait dans le bonheur, il était enfin sorti du conte dont il était retenu prisonnier et pouvait enfin croquer la « vraie » vie. Ses derniers mots furent : « C’est ça ce que je veux… »

Personnellement, nous trouvons que c’est une très bonne version moderne du « Petit chaperon rouge » avec de belles chorégraphies de ninja et des moments drôles. Cependant, les alternances entre le monde réel et le monde fictif étaient un petit peu trop compliquées à comprendre et nous avons trouvé qu’il y avait trop de détails à retenir.

Marina M., Valentine L. et Anna D. / S1FRD / EEB1 Uccle

Photos : http://www.galafronie.be

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *