Projet Zambie 2018 : au cœur de l’humanitaire

Cette année encore, 20 élèves de l’école européenne d’Uccle sont partis pour l’aventure dans le bush de la Zambie mystérieuse. Ces adolescents qui six mois auparavant n’auraient pas pu placer le pays sur une carte de l’Afrique (pour la plupart du moins) se sont tout de même inscrits pour ce voyage à la fois humanitaire et scolaire.

En effet, ce projet d’aide au développement de la région de l’ouest de Zambie (la plus pauvre du pays) se fait par divers microprojets visant à améliorer la qualité de l’éducation et l’accès à celle-ci dans un pays dont à peine la moitié de la population est alphabétisée. Le projet, mené en collaboration avec ZEEC (Zambezi Educational and Environmental Camp – une ONG zambienne), débuté en 2001 avec Madame Meyer et dirigé par Madame Thomas depuis 2010, a réussi avec l’aide de la région à transformer les différentes écoles primaires de Sankandi, Nakabunze et Kabula en de véritables centres pour les communautés alentours. Que ce soit par la construction de la petite clinique de Sankandi, des différents puits ou d’infrastructures pratiques, ces écoles ont bénéficié de moyens en extension, passant d’un stade précaire (enseignants sous un arbre puis petites masures faites de bois et terre couvertes de chaux) à un développement de meilleure qualité (aujourd’hui de vrais bâtiments en briques avec des toits imperméables, des maisons pour les professeurs et leur familles, du matériel de classe, etc.).

Les élèves professeurs

Cependant, la situation reste fragile et du travail doit encore être fait. Cette année, d’un commun accord, le groupe a décidé de financer l’agrandissement de la clinique sur le site de l’école de Sankandi, ouverte en septembre passé, pour permettre à celle-ci l’accueil de plus de patients ainsi que la construction d’une maison pour une infirmière supplémentaire.

Comme d’habitude, les élèves sont restés 10 jours dans le camp ZEEC sur les rives du Zambèze à proximité du bourg de Sioma. 7 jours durant lesquels ils se sont transformés en professeurs et ont pu enseigner différents thèmes de géographie aux élèves de l’école primaire de Sankandi. C’était l’occasion d’échanger avec les jeunes Zambiens du bush, de partager leur quotidien, les heures de marche pour certains, le travail à faire après l’école, les habitudes, les traditions. Un plongeon dans la pauvreté parfois choquant mais révélateur des enjeux mondiaux actuels.

Il est des choses qui ne peuvent êtres enseignées à l’école. On y apprend toutes sortes de matières, de faits, d’enjeux politiques, le seuil d’extrême pauvreté à $1,90… mais c’est quand on est vraiment et concrètement en face de cette réalité apprise dans une belle école en Europe que tout prend vraiment son sens. Elle rappelle les notions de « docere et movere » qui doivent animer les hommes de lettres, selon Aristote : ce n’est qu’en étant confronté à un problème qu’on peut le changer. Je pense que tout le groupe est revenu de Zambie encore plus motivé pour lever des fonds pour le projet qui nous tient encore plus à cœur depuis cette expérience.

Une expérience inoubliable

La dernière partie du voyage s’éloignait de la province de l’ouest et son projet humanitaire pour la direction du Botswana pour un safari au parc national Chobe ainsi qu’une journée de découverte de la ville de Livingstone en Zambie avant de commencer notre retour, avec grand regret certes, mais la tête pleine de souvenirs impérissables de cette aventure : les chutes Victoria, les levers de soleil au bord du Zambèze, les animaux de la savane, les foules d’enfants souriants qui voulaient vous tenir la main et la conviction que leur futur sera rendu meilleur que celui de leur parents grâce au projet.

Une expérience réellement inoubliable, un ascenseur émotionnel et les visions du monde qui nous entoure complètement chamboulées le temps d’un voyage en Zambie : n’importe quelle personne ayant participé au Zambia Projet le recommanderait et y retournerait sans y hésiter.

Lorenzo C. / S6FR / EEB1 Uccle

Une pensée sur “Projet Zambie 2018 : au cœur de l’humanitaire

  • 22 octobre 2018 à 9 h 29 min
    Permalink

    really interesting and informative, sounds like such a great experience.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *