Écologie: l’Europe a-t-elle perdu les rênes ?

Lucile Schmid est intervenue ce lundi pour nous parler de sa vision de l’écologie, ainsi que des obstacles qu’il nous faudra surmonter dans un futur proche.

Un combat perdu d’avance ?

À 17h30 débutait l’intervention de la brillante Lucile Schmid, qui était invitée pour introduire le sujet : « La mondialisation est-t-elle compatible avec l’environnement ? ». L’ancienne membre du Parti Socialiste a débuté en soulignant la complexité du sujet : il est extrêmement difficile de catégoriser les enjeux écologiques. Pour elle, le problème ne réside pas exclusivement dans le réchauffement climatique, elle considère la préservation de la biodiversité comme tout aussi importante (voire plus importante encore). Lucile Schmid semble consciente de la difficulté du combat, mais le considère également comme indispensable et réaliste (si on y met les efforts nécessaires). Elle estime que la crise environnementale est un problème mondial, qui nécessite par conséquent des efforts collectifs et internationaux ; alors seulement il sera possible de gagner ce combat.

Les économistes contre les écologistes ?

Ensuite, Lucile Schmid s’est exprimée sur le lien intime entre l’écologie et l’économie. L’ancienne membre du ministère de l’économie dénonçait la folie de vouloir poursuivre une croissance exponentielle pendant une crise environnementale de grande ampleur. Elle considère qu’une telle croissance est incompatible avec la transition écologique, et qu’elle nous mènerait très certainement à notre perte.

Histoire de l’écologie

En outre, Lucile Schmid a éclairé son audience sur le passé, en faisant un retour chronologique sur l’histoire de l’écologie. Elle a notamment mentionné la création de la COP en 1995 (la COP1 avait eu lieu à Berlin la même année) ainsi que la création du mot « anthropocène » qui est encore à ce jour contesté.

Une Europe impuissante ?

Pour finir, elle a insisté sur l’importance d’une cohérence écologique européenne. Pour elle, il est nécessaire que l’Europe soit exemplaire en matière d’écologie afin qu’elle puisse en exiger plus des autres pays. Il est donc implicitement dit que l’Europe n’est actuellement pas en mesure de faire pression sur des gouvernements étrangers, et qu’elle n’a que très peu son mot à dire sur la politique environnementale des autres pays. Le constat de Lucile Schmid est tristement pertinent. Au cours de la seconde moitié du XXème siècle et du début du XXIème siècle, l’Europe a perdu ses influences militaire, économique et culturelle ; madame Schmid constate que l’Europe a également perdu son influence en matière d’écologie.

Gabriel Atlan (S7FRb) / EEB1 Uccle

Une pensée sur “Écologie: l’Europe a-t-elle perdu les rênes ?

  • 1 octobre 2020 à 17 h 04 min
    Permalink

    Très bon artiche. Félicitations, Gabriel.
    Bon travail à tout le comité !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *