Une sortie entre écologie et musique

Ce jeudi 21 février, nous nous sommes rendus à Tour et Taxis pour participer à l’exposition interactive intitulée Belexpo. Il y avait beaucoup de sujets différents abordés dans cette exposition mais tous étaient liés à l’environnement et l’impact que nous avons sur celui-ci. Cette exposition nous a fait réaliser des missions qui visaient à nous faire réfléchir à la manière dont nous pouvons aider la planète de manière efficace et simple tout en habitant en ville.

Une des neuf missions portait sur les projets de quartier. Dans celle-ci, par groupes de quatre, nous avons dû améliorer une vie de quartier et un restaurant pour qu’ils deviennent bénéfiques pour l’environnement, en mobilisant tous les acteurs du quartier. Cela nous a fait réfléchir et parler entre nous pour créer le restaurant et le projet les plus écologiques possibles tout en s’amusant et en apprenant.

Une autre mission portait sur le logement. A nouveau, en équipes de deux à quatre élèves, nous avons dû optimiser l’aménagement de notre maison afin de perdre le moins d’énergie possible et donc de moins polluer (exemple : isoler le toit et les murs de sa maison, faire du compost, utiliser l’eau du robinet, un thermostat…). Cette activité était intéressante et  fun car elle se réalisait à plusieurs contre la montre.

La dernière mission réalisée en groupes était celle qui portait sur la mobilité. Installés sur des vélos devant un grand écran, nous nous sommes confrontés au quotidien d’un cycliste qui se déplace en ville (avec des portières qui s’ouvrent, des voitures en double file…). Malheureusement, la majorité des moyens de déplacement actuels polluent énormément notre planète et le vélo constitue une alternative intéressante pour se déplacer en ville.

Les métiers durables du futur

Les autres missions étaient à remplir individuellement. Un des îlots de l’exposition était consacré aux métiers en lien avec l’écologie. Dans cet îlot étaient placés des miroirs en forme de personne et de l’autre côté de chaque miroir était dressé un écran où l’on pouvait regarder une petite vidéo où quelqu’un nous présentait son métier durable (exemple : médecin du sol, maraîcher, designer durable, éleveur de grillons…) Après avoir regardé toutes les vidéos, nous nous sommes dirigés vers l’écran du quizz. Des questions nous étaient posées par rapport à nos goûts, nos matières préférées, etc. Selon nos choix, des métiers durables nous étaient proposés. Grâce à cette activité, nous avons pu découvrir des métiers durables du futur et le quizz a très bien conclu l’ensemble.

Nous avons aussi rempli une mission concernant la consommation. Dans cette partie de l’exposition, trois écrans nous expliquaient les étapes de production du chocolat, du déodorant et d’un t-shirt. Ensuite, nous devions répondre à des questions sur le meilleur moyen de produire les produits. Par exemple : « Doit-on recourir à des enfants pour récolter le cacao ? » ou « Doit-on acheter du chocolat issu du commerce équitable ? ». Nous pensons que c’est important d’acheter des produits issus de l’agriculture biologique et du commerce équitable. Il vaut mieux produire des articles de qualité plutôt qu’en quantité. Il est aussi important pour notre santé de manger des aliments (chocolat, boisson…) sans sucre et arômes ajoutés. Cette activité nous expliquait quelle caractéristique on devrait chercher en achetant un produit (biologique, sans sucre ajouté…).

Le MIM : à la découverte des instruments du monde

Après notre visite à Belexpo, nous sommes allés au Musée des Instruments de Musique (MIM). Nous nous sommes séparés en deux groupes pour visiter deux parties différentes du musée et participer à un atelier de percussions. Un groupe a commencé par visiter l’étage des instruments de musique du monde. Là, nous avons pu découvrir trois nouveaux instruments.

La première vitrine de cet étage nous a permis de découvrir le gamelan. C’est un ensemble d’instruments indonésiens qui ne peuvent pas se jouer séparément. On peut donc dire que le gamelan est un instrument collectif puisqu’on ne peut en retirer aucune pièce. Dans la tradition indonésienne, les gamelans accompagnent les récits épiques traditionnels de marionnettes. Après avoir reçu quelques explications de la part de la guide, nous avons pu tester des instruments issus du gamelan que nous avons fait résonner tous ensemble sur un rythme donné. Il y avait un gong, des claves et des lames de xylophone. Le tout a donné un petit morceau au son très métallique.

Ensuite, nous avons découvert le hardingfele, l’instrument traditionnel norvégien. C’est un petit violon différent de ceux que nous connaissons car il possède quatre petites cordes en plus qui vibrent grâce à la vibration des quatre grandes cordes. Nous n’avons pu l’essayer mais nous avons pu jouer au violoncelle. C’était exceptionnel de pouvoir sentir les vibrations des cordes jusqu’au bout de nos doigts.

Les élèves en concert

Pour finir, nous avons essayé de jouer d’une trompette assez spéciale. Elle mesurait à peu près 180 cm et ne possédait ni valve ni trou. C’était une trompette tibétaine qui faisait un bruit assez difficile à décrire. Plusieurs d’entre nous ont assez bien réussi à la faire résonner. Après cela, nous avons rejoint la salle d’atelier pour nous essayer à quelques percussions.

Cet atelier consistait à réaliser une suite rythmique tous ensemble avec des percussions telles que le xylophone, le djembe et le gong. La guide nous a présenté un rythme que nous avons par la suite répété tous ensemble avec nos instruments choisis. Après avoir répété ce rythme plusieurs fois, nous avons formé un canon : les yomans ont commencé, les djembés ont rejoint puis les xylophones se sont joints à l’ensemble.

Nous avons apprécié ce moment en groupe en présence de la guide. Nous avons découvert de nouveaux instruments à percussion de différentes cultures et nationalités.

Classe de S4FRB / Uccle Bruxelles 1

Photos : E.V.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *