L’Europe travaille pour une planète plus verte

Pendant le cours de Morale, Monsieur Nicolo Giacomuzzi-Moore (papa de notre camarade Léo) est venu nous faire une présentation de son métier, consistant à financer différentes entreprises ou bien des scientifiques qui travaillent pour trouver des solutions afin de remplacer le pétrole et le plastique par des matières renouvelables. Monsieur Nicolo’ Giacomuzzi-Moore travaille pour BBI JU (Bio Based Industries Joint Undertaking), une organisation faisant partie de l’Union Européenne. Nous lui avons posé quelques questions.

L’Union Européenne est-elle verte ?

L’Union Européenne finance des entreprises pour produire des objets/produits bio et biodégradables recyclables et recyclés. Elle essaye de diminuer le gaz à effet de serre de 50% d’ici 2030 et aussi d’augmenter la biomasse de 20%.

Que fera-t-elle dans le futur ?

Elle veut remplacer le pétrole par des énergies renouvelables qui soient bonnes pour la planète.

Qu’est- ce que la biomasse ?

Pour créer un monde meilleur il faudrait utiliser la biomasse. Il s’agit d’une matière bio-organique qui a pour but de réduire la consommation de pétrole. Elle est composée principalement de ligno-cellulose (plantes), de produits de la forêt (bois), de résidus de la culture agricole (pas de nourriture), de déchets organiques ou d’algues. Des entreprises financées par l’UE ont créé des objets de tous les jours comme une écharpe en bois (elle est aussi douce que les autres), des tasses avec des résidus de café (biodégradables), des gobelets en papier/carton recyclable ou du papier constitué d’excréments d’éléphants (il n’a pas d’odeur).

Monsieur Giacomuzzi nous a aussi montré et expliqué 3 projets financés par l’UE. Le premier est Bioways et il consiste à faire de la pub pour les entreprises et inciter les gens à changer le monde. Le deuxième projet s’appelle Embraced et consiste à produire des fertilisant en recyclant des couches pour bébé. Il est basé à Amsterdam. Urbofin est par contre un projet d’innovation ayant comme objectif de démontrer la viabilité technico-économique et environnementale  d’une bioraffinerie qui soit capable de transformer la fraction organique des déchets solides municipaux en de nouveaux bio produits.

En ce moment crucial pour l’avenir de notre planète, tout le monde doit faire quelque chose !

Classe de morale S2 FR / EEB1 Uccle

Images : N. Giacomuzzi-Moore / Google images

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *